Clairevoyance et Phosphénisme

Clairvoyance

Il existe différents moyens pour développer la clairvoyance. Les plus puissants sont liés à la fixation d’une source lumineuse : la flamme d’une bougie, le reflet de la lune sur un plateau d’argent, le reflet du soleil sur l’eau…

Les voyants qui utilisent une boule de cristal, l’un des supports les plus populaires, ont souvent pour habitude de placer des bougies derrière celle-ci. Et c’est dans le phosphène ainsi engendré qu’ils obtiennent des visions.

Les Formes-pensées

Le terme de “voyance” pourrait être remplacé plus justement par “lecture des formes-pensées”. Ce serait plus conforme à la théosophie qui explique que chaque fois qu’une personne pense à quelque chose, l’image de sa pensée est créée dans la matière subtile et reste dans son aura. Le médium perçoit cette forme-pensée dans son chaos visuel.

Ainsi, un architecte dont le projet est de construire une maison se la représente d’abord mentalement. Il se figure la conception d’ensemble, puis les détails, les difficultés qu’il va rencontrer, les solutions éventuelles à y apporter, créant ainsi une forme-pensée de son projet dans son aura. Cette dernière contient aussi – bien que moins nettement – les formes-pensées de ses collaborateurs et plus faiblement encore, les formes-pensées des autres personnes travaillant sur ce projet.

Ainsi, la grande majorité des voyants lisent les formes-pensées de leurs consultants ce qui, bien entendu, est sujet à caution dans la mesure où il est facile de faire des erreurs d’interprétation. Ce sont pourtant d’authentiques phénomènes de voyance.

Dans son Cours complet de Phosphénisme, le Dr Lefebure fait la supposition suivante : la victime d’un vol va trouver un chef religieux africain pour connaître l’identité de son voleur. Celui-ci fixe le reflet du soleil sur l’eau d’une calebasse et transmet sa voyance à son consultant, tout comme Nostradamus l’a fait pour Catherine de Médicis. La victime peut alors voir son voleur dans le reflet du soleil sur l’eau, car tout ce qui est phénique est transmissible par télépathie. Mais supposons maintenant que cette personne ait déjà des soupçons sur l’identité de son voleur. Que ceux-ci soient fondés ou non, il va créer une forme-pensée que le chef religieux peut parfaitement capter ce qui rend sa voyance sujette à caution.

Récit de Daniel Stiennon

« J’ai rencontré Madame Gisky, dont le Docteur Lefebure m’avait fait l’éloge. Enfant, elle avait développé ses facultés de voyance par une pratique instinctive du Phosphénisme ; et à l’instar de tous les enfants qui ont joué avec les phosphènes et utilisé la fonction rythmo-phosphénique du cerveau, elle avait développé à vie des facultés de divination. Car seule cette pratique permet de développer des facultés de voyance authentiques.

La plus grande partie de notre discussion qui a duré trois heures, a porté sur les dangers de la voyance. Voici quelques-unes de ses phrases qui m’ont paru pleines de bon sens et de sagesse. Je comprends maintenant les raisons qui ont conduit le Docteur Lefebure à parler de son cas dans Phosphénisme et origine des religions. Cette femme mérite d’être côtoyée : Les paroles qu’elle prononce sont d’une incroyable richesse.

“[…] Ces facultés ne sont pas un pouvoir, mais doivent servir à orienter l’avenir.”
“Je mets en garde contre ce que je fais : la voyance ; c’est dangereux. J’ai appris à me servir de la voyance autrement.
À la salle Psyché, mes consœurs ne me comprennent pas quand je parle des dangers de la voyance.”
“[…] Il faut vivre les choses pour mieux les comprendre.”
“Il ne faut plus se laisser dire le futur par les autres. Chaque être peut le faire pour lui-même !”
“Il faut être à l’écoute de soi. Il faut chercher…  dans le phosphène.”

Voici une anecdote qu’elle m’a racontée :
“Un jour, une dame vient me trouver pour une consultation. La voyance terminée, au moment de partir, la dame me lance :
– Vous êtes une mauvaise voyante. Vous n’avez pas répondu à mon attente. Pourtant, on m’avait dit que vous étiez la meilleure.
– Mais, chère Madame, lui répondis-je, je sais très bien pourquoi vous êtes venue me trouver : vous souhaitez que je vous donne la date de la mort de votre mari !
– Ah, vous voyez bien que vous pouvez voir.
– Oui, bien sûr, mais qui vous dit que ce n’est pas vous qui allez partir la première.
Un peu abasourdie par cette remarque, la consultante reste muette.
– Il y a quinze ans, vous êtes allée trouver une voyante qui vous a ‘prédit’ que votre mari allait mourir, sans vous donner de date. Depuis, vous êtes allée de voyante en voyant, dans l’espoir de l’obtenir. Et chaque voyant consulté vous a dit voir la mort de votre mari. Tout cela parce que la première voyante vous a dit que votre mari allait mourir. Bien sûr qu’il va mourir, comme vous un jour, et rien ne dit que ce sera avant vous.
Mais vous vous êtes créé cette forme-pensée car vous avez été impressionnée par la prédiction de cette première voyante qui, de plus, allait dans votre sens, et les autres voyants n’ont fait que capter cette ‘forme-pensée’. Et tout cela parce que, depuis quinze ans, vous avez un amant !
– Quinze ans de perdus et de gâchés parce que vous courez après une réponse dont vous n’avez nul besoin pour changer de vie. Croyez-vous vraiment que vous avez besoin de la mort de votre mari pour vivre avec votre amant ?…”
Elle conclut ainsi :
“Il m’arrive même de voir dans l’aura des gens les supports dont se sont servis mes confrères lors de leur séance de voyance. Cela va même jusqu’à voir, lors d’une consultation au tarot, par exemple, quel jeu était sorti, et de voir le voyant faire la lecture des cartes.”

“[…] je suis arrivée à un niveau qui me permet de ne plus tomber dans ce genre de piège et de voir vraiment autre chose.” »

Exercices 

Exercice d’entraînement à la voyance

Premier phosphène :

Deuxième phosphène :

Troisième phosphène :

Quatrième phosphène :

Si vous avez du mal à voir des scènes, à avoir des visions ou des flashes, posez-vous des questions.
Cette expérience étant terminée, notez soigneusement la nature des images qui vous sont passées par la tête, ainsi que les impressions et les sensations qu’elles ont suscitées.

Cinquième phosphène :

Notez une dernière fois les idées principales qui se dégagent de ce dernier mixage. De cet ensemble de notes, émergent les grandes tendances de la personne choisie.

Analyse

Vous avez certainement pu observer une grande différence entre la réflexion habituelle sans phosphène et la réflexion en présence d’un phosphène. Les premières idées qui s’imposent ne sont pas les plus originales ; mais elles sont déjà mieux organisées et s’insèrent dans un contexte beaucoup plus logique. La démarche logique et le raisonnement sont de bien meilleure qualité ; et l’on peut généralement observer une ou deux idées nouvelles dont la qualité est meilleure que d’habitude. Au cours des phosphènes suivants, les idées gagnent en force et en originalité.

Lorsque vous voulez obtenir des réponses aux problèmes posés par vos consultants, pensez à mettre dans le phosphène ce que la personne vient de vous exposer. Vous obtiendrez beaucoup plus de solutions par associations d’idées.